La boutiqueTulle PlumetisFinition GuipureLa Collections Tanga Redoute Blanc En EHWD9I2
Le magazine
Abonnez-vous
Chaque mois GEO directement chez vous ! 4.70 € par mois au lieu de 5.90 € Je m'abonne
Actuellement en vente

Avec GEO, partez, chaque mois, à la découverte du monde !

Explorez les plus beaux pays à travers des reportages photo époustouflants et des carnets de voyages étonnants. Un magazine qui vous permet de voir le monde autrement.

J'achète

GEOBOOK 120 pays - Edition collector

Une édition collector pour bien choisir et préparer son voyage tout au long de l'année ! Découvrez 10 nouvelles destinations comme la Colombie, le Congo ou le Nicaragua, ainsi que des idées de voyage pour toutes vos envies.

Tulle PlumetisFinition GuipureLa Collections Tanga Redoute Blanc En EHWD9I2J'achète
Amalfi Haute Name En Culotte Bas Bain Morgan Rouge No Maillot De mn0wO8yNv

  • Drapeau

  • Capitale

    Rabat

  • Continent

    Afrique

    Tulle PlumetisFinition GuipureLa Collections Tanga Redoute Blanc En EHWD9I2
  • Monnaie

    Dirham

  • Fuseau horaire

    Africa/Casablanca

Carte d'identité

  • Situation géographique : le Maroc est bordé au nord par la mer Méditerranée et à l’ouest par l’océan Atlantique. Frontières avec la Mauritanie au sud-est, l’Algérie à l’est et l’Espagne au nord (enclaves de Ceuta et Melilla)  
  • Superficie : 710 850km2 avec le Sahara occidental  
  • Km de côtes : 3 446km (Méditerranée : 512km, Atlantique : 2 934km avec le Sahara occidental)  
  • Point culminant : jebel Toubkal (4 165m)  
  • Slip 4p En Sloggi BasicMidi Blanc uiOZTPkX
  • Régime politique : monarchie constitutionnelle de droit divin  
  • Capitale : Rabat  
  • Population : 32,3 millions d’habitants  
  • Langue officielle : arabe  
  • Autres langues parlées : darija (arabe dialectal), dialectes berbères, français, espagnol 
  • Religion : islam (99% de la population)Extrait du guide GEOGuide Maroc
Tulle PlumetisFinition GuipureLa Collections Tanga Redoute Blanc En EHWD9I2 Tulle PlumetisFinition GuipureLa Collections Tanga Redoute Blanc En EHWD9I2 Tulle PlumetisFinition GuipureLa Collections Tanga Redoute Blanc En EHWD9I2 Tulle PlumetisFinition GuipureLa Collections Tanga Redoute Blanc En EHWD9I2

Quand partir ?

Extrait du guide GEOGuide Maroc

Climat

Si le littoral atlantique bénéficie d’un climat doux tout au long de l’année, la majeure partie du reste du pays est soumise à des écarts prononcés entre l’été et l’hiver, et même entre le jour et la nuit ! Le vieil adage “le Maroc est un pays froid où le soleil est chaud” peut faire sourire, mais plus d’un voyageur s’est fait surprendre par de tels écarts de température.

Les zones climatiques

Extrait du guide GEOGuide Maroc

Climat

Si le littoral atlantique bénéficie d’un climat doux tout au long de l’année, la majeure partie du reste du pays est soumise à des écarts prononcés entre l’été et l’hiver, et même entre le jour et la nuit ! Le vieil adage “le Maroc est un pays froid où le soleil est chaud” peut faire sourire, mais plus d’un voyageur s’est fait surprendre par de tels écarts de température.

Les zones climatiques

Le Maroc septentrional, ou méditerranéen, détient le record national de pluviométrie (plus de 800mm/an). Le versant atlantique du Rif (le pays Jebala) est le plus arrosé ; son versant septentrional, privé des vents d’ouest par la barrière atlasique, est plus sec et plus méditerranéen. Soumis directement aux influences océaniques, le Maroc occidental enregistre des pluies annuelles plus abondantes dans le Nord (environ 500mm) que dans le Sud, et des températures agréables l’hiver et modérées l’été. Pour preuve, la température annuelle moyenne à Agadir et Marrakech est de 17°C, la moyenne annuelle d’ensoleillement quotidien pour ces deux villes étant de 8h. À l’intérieur des terres, le climat est continental, avec des hivers froids et humides et des étés secs et chauds, voire caniculaires. Les cimes de l’Atlas, séparées par des vallées profondes, sont bien arrosées et enneigées l’hiver au-dessus de 1 000m. Si la température moyenne annuelle à Fès est, comme à Agadir, de 17°C, les écarts saisonniers sont plus prononcés. Le Maroc présaharien et saharien subit régulièrement des épisodes de sécheresse (moins de 40 jours de pluie par an), encore aggravés par des vents brûlants, comme le chergui ou le sirocco, qui font grimper en été les températures diurnes à plus de 40°C.

Quand partir ?St Wandering Shorty Love tropez Aubade Noir En thsQdr

Le Maroc est une destination agréable toute l’année. Le printemps prête à la nature ses plus belles couleurs et c’est, avec l’automne, la meilleure saison pour visiter les villes impériales sans craindre la chaleur ni les pluies battantes. En mai et juin sont donnés plusieurs festivals de musique, notamment à Fès. L’été, ceux qui redoutent la canicule apprécieront le climat tempéré qui règne en montagne et sur le littoral, surtout atlantique, mais attention : sauf en période de ramadan, les plages sont souvent bondées en juillet-août ! L’hiver, avec sa lumière incomparable, est la saison idéale pour s’aventurer dans les provinces du Sud (vallées du Drâa et du Dadès, Merzouga), et la côte atlantique, autour d’Agadir, bénéficie alors d’un climat providentiellement doux et ensoleillé. Prévoyez cependant des vêtements chauds, car les nuits sont très fraîches ! C’est aussi la pleine saison du ski, essentiellement pratiqué sur les pentes d’Oukaïmeden, dans le Haut Atlas.

Que voir ? Que faire ?

 

Le Rif et la côte méditerranéenne

Tanger – Tanger s’étage en amphithéâtre au-dessus d’une vaste baie, face aux côtes espagnoles. Par-delà le détroit de Gibraltar s’étend une Europe à la fois proche et lointaine, trompe-l’œil pour des Africains en quête d’un eldorado… et, derrière la ville, une Afrique pleine de promesses pour des intellectuels et des artistes occidentaux en mal d’exotisme. À l’époque où son statut de port franc faisait de Tanger une capitale mondaine autant qu’une plaque tournante de la contrebande internationale, Paul Bowles, Malcolm Forbes, Jean Genet, Paul Morand, Tennessee Williams, William Burroughs, Jack Kerouac et bien d’autres vinrent se perdre dans les ruelles sulfureuses de sa médina, ou s’exiler dans ses palaces et les villas cossues de sa casbah. Cet âge d’or est révolu, mais Tanger conserve une atmosphère cosmopolite unique au Maroc.

 

Le Rif et la côte méditerranéenne

Tanger – Tanger s’étage en amphithéâtre au-dessus d’une vaste baie, face aux côtes espagnoles. Par-delà le détroit de Gibraltar s’étend une Europe à la fois proche et lointaine, trompe-l’œil pour des Africains en quête d’un eldorado… et, derrière la ville, une Afrique pleine de promesses pour des intellectuels et des artistes occidentaux en mal d’exotisme. À l’époque où son statut de port franc faisait de Tanger une capitale mondaine autant qu’une plaque tournante de la contrebande internationale, Paul Bowles, Malcolm Forbes, Jean Genet, Paul Morand, Tennessee Williams, William Burroughs, Jack Kerouac et bien d’autres vinrent se perdre dans les ruelles sulfureuses de sa médina, ou s’exiler dans ses palaces et les villas cossues de sa casbah. Cet âge d’or est révolu, mais Tanger conserve une atmosphère cosmopolite unique au Maroc.

Chefchaouen – Blottie sous les deux pics jumeaux du jebel ech-Chaouen (“les Cornes” en berbère), à 600m d’altitude, Chefchaouen – plus communément appelée Chaouen – est assurément l’une des plus séduisantes cités du royaume : ses maisons blanches aux portes bleues et aux patios fleuris, ses ruelles pavées de galets et ses placettes ombragées, rafraîchies par des fontaines, lui donnent des airs de paradis andalou. Ville sainte, Chefchaouen est réputée pour la qualité de son artisanat… et de son kif, issu des plantations de cannabis du Rif, mais aussi pour sa tranquillité. C’est pourquoi une foule de jeunes estivants, en majorité espagnols, s’y arrête pour des haltes contemplatives ou, pour les plus actifs, des randonnées dans les montagnes environnantes. Première bénéficiaire d’un vaste programme de désenclavement des provinces du nord, la “Ville bleue” cherche aujourd’hui à axer son développement sur le tourisme vert.

La côte Atlantique nord

Rabat – Rabat forme, avec sa voisine Salé, une métropole de près de 2 millions d’habitants. La capitale administrative du royaume n’en demeure pas moins une ville agréable à vivre, avec ses quartiers modernes aérés et verdoyants, sa tranquille médina et son climat océanique exceptionnellement doux. Les circuits touristiques privilégient souvent les autres villes impériales (Fès, Meknès et Marrakech), mais Rabat mérite plus qu’une brève visite, comme le prouve le classement de son patrimoine architectural à l’Unesco (2012), qui devrait lui gagner les faveurs des touristes étrangers. Des ruines romaines de Sala Colonia au mausolée de Mohammed V, plus de deux millénaires d’histoire sont, en effet, inscrits dans ses pierres.

La médina de Salé – Impossible de quitter Rabat sans avoir visité Salé, sa rivale historique, campée sur la rive droite de l’oued Bou Regreg. Là encore, les urbanistes français ont bâti une ville nouvelle à l’écart de la médina. Repliée derrière ses vieux remparts, cette dernière possède des souks pleins de caractère et une magnifique medersa mérinide qui lui valent largement un après-midi de visite. Du centre-ville de Rabat, longez le boulevard Hassan-II, traversez le pont Moulay-Hassan et garez votre véhicule dans le parking voisin de Bab M’risa. Si vous vous y rendez en taxi, faites-vous également déposer près de cette porte. Il vous laissera à l’entrée de la médina (Bab Malka) ou près de la Grande Mosquée de Salé.

Casablanca – Quelque 20 000 habitants en 1900… Près de 4 millions aujourd’hui ! Casablanca est devenue la première ville du Maghreb et l’une des plus importantes agglomérations d’Afrique. Capitale économique du royaume, elle en abrite le premier aéroport international et son port draine les trois quarts du commerce national. Vitrine du Maroc industrialisé, elle offre le visage d’une mégalopole moderne, à la circulation automobile incessante, et, si elle ne présente pas les attraits des cités impériales, son centre fait le bonheur des amateurs d’architecture moderne. La “Ville blanche” est, en effet, un véritable laboratoire d’urbanisme depuis les années 1920. C’est aussi le rendez-vous de tous les laissés-pour-compte qui viennent grossir, chaque jour, les bidonvilles de ses faubourgs. Découvrir Casablanca, c’est donc toucher du doigt l’une des réalités du Maroc contemporain : un pays en plein développement, tourné vers l’Occident, où la misère côtoie l’opulence.

Safi – Avec ses conserveries de poisson et son port minéralier, spécialisé dans l’exportation des phosphates, Safi n’a, a priori, pas de quoi retenir le visiteur. Cette cité à mi-chemin d’El-Jadida et d’Essaouira recèle pourtant plusieurs attraits : sa médina renferme quelques monuments portugais dignes d’intérêt et des ateliers de potiers réputés dans tout le pays et même au-delà de ses frontières !

Le Moyen Atlas

Fès – Doyenne des quatre villes impériales du Maroc – les autres étant Meknès, Rabat et Marrakech –, Fès en est aussi la capitale culturelle et spirituelle. L’agglomération se compose de trois cités distinctes : Fès el-Bali, la Vieille Ville arabo-musulmane (VIIIe-XIIe s.) ; Fès el-Jedid, la cité impériale du XIIIe siècle, qui regroupe le palais royal et l’ancien quartier juif ; et la ville nouvelle aménagée au début du XXe siècle par les Français. Même si sa médina, la plus grande du monde arabe, a été classée au patrimoine mondial de l’Humanité par l’Unesco en 1981, Fès n’est pas une ville musée. Réputée pour son artisanat et sa gastronomie, elle n’a rien perdu de ses traditions, mais s’est mise au rythme de la vie moderne. Ouverte sur l’extérieur, elle tente, avec Marrakech, de faire contrepoids à Rabat et à Casablanca.Cannes Cuir oui Bleu C Sac Baguette Pailleté 29 IvYb76gyf

Meknès – Meknès est fondée au Xe siècle au cœur de la fertile plaine du Saïs par les Meknassa, des Berbères Zénètes venus des steppes orientales. Enjeu de luttes dynastiques, la cité est détruite et relevée par les Almoravides en 1069, par les Almohades en 1145, puis lors du conflit opposant ces derniers aux Mérinides, au XIIIe siècle. Repeuplée et dotée par les Mérinides d’une influente medersa, elle prospère grâce au commerce du cuir, des céréales et du vin et se mue en une villégiature fort appréciée des vizirs. Mais c’est au XVIIe siècle qu’elle connaît la gloire en devenant la capitale du deuxième sultan alaouite. Quand il monte sur le trône, en 1672, Moulay Ismaïl préfère s’établir au cœur du pays plutôt que de devoir affronter l’esprit frondeur des Fassis. Le monarque engage des travaux colossaux pour faire de cette tranquille cité de province, dont il a été gouverneur, un Versailles marocain ! À sa mort, en 1727, Meknès entre dans une phase de déclin, les successeurs du sultan rétablissant la prééminence de Fès et de Marrakech. Puis le séisme dit de Lisbonne, en 1755, détruit nombre de ses monuments. La cité retrouve sa vitalité sous le protectorat, quand les Français en font la principale ville de garnison du Maroc. Aujourd’hui, la sixième ville du pays (616 000 hab.) n’a peut-être pas l’aura touristique de sa voisine, Fès, mais elle ne manque ni de fierté, ni de caractère. Les imposants vestiges de son palais royal et la beauté de sa médina lui ont d’ailleurs valu une inscription au patrimoine mondial par l’Unesco en 1996, et d’amples travaux de rénovation depuis.

Marrakech et le Haut Atlas

Marrakech – Établie au pied du Haut Atlas, Marrakech, la “Ville rouge”, est, comme Fès, Meknès et Rabat, une cité makhzen, “impériale”. Ses mosquées, ses medersas, ses palais et ses échoppes recèlent des trésors d’un art et d’un artisanat millénaires. Mais, outre la beauté intimidante de ses hautes murailles en pisé, c’est d’abord l’omniprésence de jardins luxuriants qui frappe le voyageur. Ces attraits ont fait de Marrakech la capitale touristique du Maroc. Peut-être finira-t-elle par y perdre son âme mais, pour l’heure, il suffit de s’enfoncer dans ses souks et de s’égarer dans l’un des innombrables derb (passages) de sa médina pour tomber sous son charme. Car, ô miracle, la ville a su conserver tout son caractère et une part de mystère. Ce n’est pas un hasard si la métropole du Sud a donné son nom au pays tout entier, et, si vous revenez au Maroc, à coup sûr vous repasserez par Marrakech !

Aït-Benhaddou – Après Igherm-n-Ougdal, la N9 descend jusqu’au village d’Agouim avant de suivre le cours de l’asif Imini en direction de Ouarzazate. En chemin, jetez un coup d’œil à la casbah d’El-Mdint : elle ne se visite pas, mais ses hautes tours arborent de splendides décorations. À 4km au sud-est de l’embranchement de la P505, en direction de Tazenakht, prenez, à gauche, la route goudronnée d’Aït-Benhaddou, signalée par un marabout. Après 10km, le village surgit sur votre droite, au détour d’un virage. La fondation de ce ksar de la vallée de l’asif el-Mellah remonterait à la dynastie almoravide (XIe s.). Il faut se garer près des auberges du village moderne et traverser le lit de l’oued (crues possibles en hiver) pour en rejoindre l’entrée. Dans les jardins clos aménagés à proximité, à l’ombre de deux tours factices érigées dans les années 1980 pour les besoins d’un film, poussent céréales, plantes potagères et arbres fruitiers. Quelques ânes chargés de bidons y apportent l’eau douce achetée chaque semaine au camion-citerne ou puisée à la source qui jaillit à 20km de là. Deux des imposantes casbahs qui font office de portes fortifiées se visitent. L’une présente le mode de vie ancestral des villageois dans son dédale d’escaliers et de pièces éclairées par des fenêtres à moucharabieh ; l’autre a ouvert aux visiteurs le minuscule oratoire aux murs peints aménagé dans l’une de ses quatre tours. Les ruelles du village grimpent en un véritable labyrinthe entre les maisons ocre, reconverties pour certaines en magasins de souvenirs. De la forteresse en ruine qui couronne le ksar, le regard embrasse la plaine aride qui s’étend à l’est et les collines prolongées par les sommets de l’Atlas, au nord. Le spectacle est encore plus saisissant au crépuscule. Classé à l’Unesco en 1987, le site est très fréquenté en toute saison. Si vous voulez éviter les groupes, il faudra le visiter en tout début ou en fin de journée et passer une nuit sur place ou, mieux, au village voisin de Tamdaght. Entrée libre, mais nombreuses sollicitations de la part de guides improvisés.

La côte Atlantique sud

Essaouira – Blottie derrière ses remparts à la Vauban, sur une presqu’île souvent balayée par les alizés, Essaouira a tout pour séduire : une médina au tracé rectiligne et aux vénérables façades blanches égayées de bleu et baignées par une incomparable lumière océanique, un port animé, un air vivifiant et des mouettes en pagaille ! Aussi est-ce, depuis quelques années, une ville à la mode auprès des artistes marocains comme des bobos occidentaux, et l’on n’y compte plus les riads achetés par des Français ou d’autres étrangers. Par chance, même en haute saison, Essaouira demeure attachante. Sachez toutefois que c’est en été que le vent souffle le plus fort, et que la plage est le moins agréable. Le soir, prévoyez une petite laine.

Agadir – “Agadir, rien à dire.” C’est ainsi que les mauvaises langues ont coutume de présenter la première station balnéaire du pays. Il est vrai que les charmes de cette ville bétonnée et assez démodée ne sautent pas aux yeux. Des atouts, Agadir n’en manque pourtant pas : une baie de sable fin longue de près de 10km, une température clémente toute l’année (plus de 300 jours de soleil par an), et des prix imbattables. De quoi satisfaire les petits budgets avides de mer et de soleil. Hormis cela, il est vrai que la ville n’a pas grand-chose à proposer à ses visiteurs, et que, le tourisme balnéaire florissant dans les années 1970-1980 étant aujourd’hui en perte de vitesse, il flotte sur le front de mer une ambiance quelque peu morose… Agadir reste néanmoins une bonne base pour découvrir l’arrière-pays : Imouzzèr-des-Ida-Outanane, le parc national du Souss Massa et, un peu plus loin, Taroudant, Tiznit et Tafraoute. La reconnaissance de la culture berbère en l’an 2000 a poussé Agadir à revendiquer ses origines amazighes. Le festival Timitar (en juin) et le musée du Patrimoine amazigh l’aideront peut-être à trouver un second souffle.

L’Anti-Atlas

Taroudant – Taroudant a connu le destin mouvementé d’une cité souvent rebelle à l’autorité centrale. Maintes fois détruite mais toujours debout, elle offre aujourd’hui le visage d’une petite ville paisible, au charme discret. Avec ses souks, ses murailles en pisé et ses calèches d’un autre âge, “Taroudant la Soussie” a des allures de petite Marrakech. Les Européens commencent, du reste, à y acheter des riads, comme dans la cité impériale… Mais, par chance, elle n’a pas subi les outrages du tourisme de masse, et ses marchés, ses grandes places, les ruelles de sa Vieille Ville ont conservé leur authenticité. En somme, une bonne étape avant de piquer vers la côte (Agadir) ou les villages montagneux de l’Anti-Atlas (Tafraoute en tête).

Ouarzazate et les Oasis du Sud

Ouarzazate – À la croisée des cours du Drâa et du Dadès, Ouarzazate est une étape incontournable entre les quiètes vallées de l’Atlas et celles des confins sahariens. La principale agglomération à l’est de l’Atlas est une ville moderne sans grand charme, avec ses immeubles cubiques en béton ocre et ses larges rues à l’occidentale. Toutefois, à 1,5km à l’est du centre-ville s’élève la casbah de Taourirt, un impressionnant dédale médiéval de constructions en pisé, dominé par la silhouette autoritaire de l’ancienne résidence du Glaoui, pacha de Marrakech. On doit la fondation de Ouarzazate, en 1928, aux militaires français, qui en firent une base avancée de la conquête de la vallée du Drâa et du jebel Saghro. Les légionnaires installèrent une garnison, ouvrirent un aérodrome, et une ville se développa bientôt sur ce plateau, à 1 160m d’altitude, au pied du Haut Atlas. La capitale régionale, qui jouit d’un climat sec et d’un ensoleillement exceptionnel, compte aujourd’hui quelque 60 000 habitants. Soucieuses de désengorger Marrakech, les autorités tentent par tous les moyens d’y retenir les touristes de passage : aéroport international, complexe artisanal, hôtels de luxe et villages de vacances occupent tout un quartier sur les hauteurs de la ville. Et ses souks comme les abords de l’avenue Mohammed-V – surtout le soir – ne manquent pas d’animation. Enfin, ses studios de cinéma sont un exemple de réussite économique.

La vallée du Drâa – L’oued Drâa fut longtemps le plus long fleuve permanent du Maroc. Né de la réunion de l’oued Ouarzazate et du Dadès, sur le versant saharien du Haut Atlas, il creuse son lit à travers l’Anti-Atlas et se dirige vers le sud-est jusqu’à Mhamid, où il disparaît dans les sables pour ressurgir et se jeter dans l’Atlantique près de Tan-Tan. Aujourd’hui régulé par le barrage El-Mansour-Eddahbi et victime de longues années de sécheresse, le Drâa ne rejoint plus l’Océan qu’en période de grande crue. Toutefois, entre Agdz et Mhamid, le cours de l’oued et son chapelet de palmeraies dessinent encore une longue bande fertile au milieu de la hamada, immense plateau calcaire et désertique. Peuplée dès la préhistoire, la vallée du Drâa prit son essor à la charnière des XVIe et XVIIeBalance Homme Baskets Pour Noir X En New racer Basses wm0n8N siècles, grâce au commerce transsaharien de l’or, du sel et des esclaves, quand les Saadiens conquirent la boucle du Niger. Arabes, Berbères et descendants d’esclaves noirs peuplent encore les villages du Drâa, dont les tours de guet et les ksour témoignent des luttes de jadis entre cultivateurs sédentaires et pillards nomades. Si la datte demeure le fruit roi de la vallée, les palmeraies ont, hélas, souffert de la sécheresse autant que du bayoud. Ce champignon, qui laisse les palmiers exsangues, oblige les exploitants à brûler les arbres malades pour prévenir toute contagion. L’économie locale, longtemps soutenue par le commerce des dattes, mise aujourd’hui sur le tourisme et apprend à s’y adapter…

La vallée du Dadès – La vallée du Dadès est dite “Vallée aux mille casbahs”… un surnom amplement mérité, si l’on en juge par les nombreuses silhouettes en pisé dressées dans la vallée, entre le versant sud du Haut Atlas et les crêtes nord du jebel Saghro. Indomptable colonisateur, le béton semble hélas gagner du terrain ces dernières années… Un concurrent redoutable pour les vieux ksour en terre, dont certains s’écroulent, faute d’une restauration. Malgré cette intrusion de la modernité, la vallée du Dadès reste un site remarquable.

Toilettes : bit el-maa

Combien coûte ? : Chhal el-tamane

L’addition : E-khsab

Médecin : tabib

Merci : Choukrane

Je ne comprends pas : Ma fhemt-ch

S’il vous plaît : Min fadlek ou afzk

Bonjour : Sebah-el-kheir

Au revoir : be-slama

Oui / non : Na?am ou lyyeh/ La

Formalités administratives

Extrait du guide GEOGuide Maroc

Pour entrer sur le territoire marocain, chaque voyageur, adulte ou enfant, doit être muni d’un passeport valide au moins 6 mois après la date du retour. Conservez-le sur vous lors de tous vos déplacements : il vous sera utile pour changer de l’argent, séjourner à l’hôtel ou lors d’éventuels contrôles policiers. Aucun visa n’est exigé pour les ressortissants de l’Union européenne, de Suisse et du Canada. La durée maximale légale d’un séjour touristique au Maroc est de 3 mois (90 jours), renouvelable une fois dans l’année. Pour les groupes, une carte d’identité peut suffire, mais il est recommandé d’emporter son passeport.

Budget

Extrait du guide GEOGuide Maroc

Gamme de prix

Restauration – Dans toutes les villes et tous les villages, gargotes populaires et vendeurs ambulants proposent des tajines, des couscous, des grillades et des omelettes pour 35 à 40Dh. Pour un repas dans un restaurant de catégorie moyenne (avec soupes et grillades à la carte), comptez de 80 à 150Dh/pers., boisson non comprise. Souvent très touristiques, les tables gastronomiques vous régaleront de pastillas et autres spécialités : prévoyez entre 300 et 500Dh pour les plus chics d’entre elles, parfois avec spectacle de danse à la clé.

Hébergement – La plupart du temps installés dans les ruelles des médinas, les petits hôtels bon marché louent des chambres pas toujours très engageantes, au mobilier sommaire, avec douche et latrines sur le palier. Catégorie intermédiaire, les hôtels 2 ou 3 étoiles proposent un confort et des services convenables (avec parfois climatisation et piscine l’été), pour moins de 600Dh. Enfin, le pays compte son lot de palaces et de chambres d’hôtes de luxe (style riads) : pour un séjour de rêve dans un cadre des Mille et Une Nuits, il vous en coûtera 1 000Dh (et plus) la nuit.

Budget journalier

Extrait du guide GEOGuide Maroc

Gamme de prix

Restauration – Dans toutes les villes et tous les villages, gargotes populaires et vendeurs ambulants proposent des tajines, des couscous, des grillades et des omelettes pour 35 à 40Dh. Pour un repas dans un restaurant de catégorie moyenne (avec soupes et grillades à la carte), comptez de 80 à 150Dh/pers., boisson non comprise. Souvent très touristiques, les tables gastronomiques vous régaleront de pastillas et autres spécialités : prévoyez entre 300 et 500Dh pour les plus chics d’entre elles, parfois avec spectacle de danse à la clé.

Hébergement – La plupart du temps installés dans les ruelles des médinas, les petits hôtels bon marché louent des chambres pas toujours très engageantes, au mobilier sommaire, avec douche et latrines sur le palier. Catégorie intermédiaire, les hôtels 2 ou 3 étoiles proposent un confort et des services convenables (avec parfois climatisation et piscine l’été), pour moins de 600Dh. Enfin, le pays compte son lot de palaces et de chambres d’hôtes de luxe (style riads) : pour un séjour de rêve dans un cadre des Mille et Une Nuits, il vous en coûtera 1 000Dh (et plus) la nuit.

Budget journalier

Avec un budget journalier de 500-800Dh/personne, vous pourrez vous loger dans des hôtels modestes, déjeuner et dîner dans des restaurants populaires et acquitter les entrées aux sites touristiques et les titres de transport (trains, bus, taxis). Avec 900-1 200Dh/personne, vous pourrez séjourner dans des hôtels de bon confort (à partir de 800Dh la nuit en chambre double avec petit déjeuner) et vous offrir de bonnes tables.

Hébergement

Extrait du guide GEOGuide Maroc

L’infrastructure hôtelière marocaine compte surtout des hôtels de très bas ou de très haut standing, la catégorie moyenne étant moins bien représentée. Mais, de façon générale, se loger au Maroc reste meilleur marché qu’en Europe. N’hésitez pas à jeter un coup d’œil aux chambres avant de vous décider : dans une même catégorie de prix, les prestations et l’entretien sont en effet très inégaux.

Hôtels

Extrait du guide GEOGuide Maroc

L’infrastructure hôtelière marocaine compte surtout des hôtels de très bas ou de très haut standing, la catégorie moyenne étant moins bien représentée. Mais, de façon générale, se loger au Maroc reste meilleur marché qu’en Europe. N’hésitez pas à jeter un coup d’œil aux chambres avant de vous décider : dans une même catégorie de prix, les prestations et l’entretien sont en effet très inégaux.

Hôtels

Catégories – Pour vous loger à moindre coût, vous trouverez dans les quartiers anciens des villes une kyrielle de petits établissements non classés, au confort sommaire (douche froide sur le palier), mais parfois dotés d’une terrasse panoramique, voire d’un certain charme. Le reste du parc hôtelier est classé en 5 catégories ou étoiles, avec des sous-classements A et B. Ne vous fiez pas au nombre d’étoiles affiché : le classement est souvent fantaisiste ! C’est cependant une première indication. D’une manière générale : un hôtel de 1 ou 2 étoiles se trouve souvent hors de la médina, et loue des chambres avec douche pour 250 à 400Dh environ. Ceux de 3 et 4 étoiles proposent des chambres avec TV, climatisation, et parfois piscine pour 400 à 800Dh la nuit. Enfin, les 5-étoiles et les palaces (à partir de 1 000Dh la nuit en chambre double), aménagés dans des bâtiments flambant neufs, ou au contraire dans d’anciennes demeures de notables ou des palais restaurés, possèdent tout le confort de leur catégorie – l’entretien, en revanche, n’est pas toujours à la hauteur des prétentions de l’établissement…

Conseils – La plupart des hôtels affichent le prix des chambres, mais certains établissements non classés se montrent un peu trop discrets. Faites-vous préciser les tarifs avant de vous engager, vous éviterez ainsi toute fâcheuse surprise. Attention, une taxe touristique hôtelière doublée d’une taxe de séjour (montant variable selon le standing de l’établissement : de 5 à 30Dh par personne et par nuit) peut être ajoutée au prix de la chambre. Enfin, n’oubliez pas de vous faire préciser si le petit déjeuner est compris : dans certains établissements, il est bien plus intéressant de le prendre à l’extérieur.

Réservation – Certes, la capacité d’hébergement du Maroc est considérable… mais les amoureux du confort auront tout intérêt, surtout en haute saison (juil.-août, oct.-déc.), à réserver, particulièrement à Marrakech et dans les oasis du Sud.

Auberges de jeunesse

Les adhérents de la Fédération unie des auberges de jeunesse (FUAJ) peuvent séjourner dans l’une des auberges – au sens large – du pays (Casablanca, Rabat, Fès, Meknès…). Ces établissements, souvent situés au centre-ville, simples et propres, sont d’un bon rapport qualité-prix (de 55 à 75Dh/pers. en dortoir et de 130 à 220Dh la chambre double, avec ou sans sdb privée), mais ferment souvent en cours de journée. Pour se procurer la carte FUAJ, il faut se présenter au siège de la FUAJ ou dans toute auberge du réseau avec une pièce d’identité. Il est possible de l’obtenir par correspondance en envoyant au siège la photocopie recto verso des papiers d’identité, un chèque du montant de l’adhésion et 2€ pour les frais de port.
FUAJ : www.fuaj.org
Union internationale des auberges de jeunesse des pays francophones (UIAJPF) Créée en 2004 à l’initiative de la LFAJ, elle fédère des réseaux d’AJ en France et en Afrique. Accessible à des publics de tous âges. Elle fournit les coordonnées et les tarifs des auberges au Maroc et permet de réserver sur le site Internet de l’association : www.auberges-de-jeunesse.comÀ Cuir Sac Galeries Léa Croco Uni Effet Lafayette Dos Ou Rouge 8wP0knOX

Camping (moukh ayyem)

Le Maroc n’est pas vraiment le paradis des campeurs : les terrains sont mal entretenus, les installations sanitaires précaires, les emplacements trop isolés… De plus, les “campings” sont souvent, en fait, des terrains aménagés pour les camping-cars, et donc bétonnés ! Il est cependant possible de dénicher quelques rares bonnes adresses où planter sa tente. La liste exhaustive des campings est disponible dans certains offices de tourisme marocains. Par ailleurs, si le camping sauvage est à proscrire, il demeure possible de camper sur certains terrains bien situés, avec l’accord du propriétaire.

Chambres d’hôtes

Au goût du jour, la formule chambres d’hôtes se développe à travers le pays. Elles peuvent être raffinées et assez chères – quand elles sont aménagées en ville, parfois dans des demeures historiques – ou au contraire rustiques, spartiates et meilleur marché sur les circuits de randonnée. Comptez de 250 à 2 000Dh/nuit.

Location de riads et d’appartements

Particulièrement répandue à Marrakech et à Essaouira, la location d’un appartement ou d’une maison au Maroc peut se révéler avantageuse financièrement, si vous voyagez entre amis ou en famille. De petites agences immobilières proposent tout un choix de locations – photos à l’appui –, des appartements les plus modestes aux riads les plus luxueux. À Marrakech, certaines louent exclusivement des riads et des palais. Il existe aussi des sites Internet. Mais, pour les acharnés de la bonne affaire, la méthode du bouche-à-oreille reste la plus intéressante : il n’est pas rare de dénicher l’appartement de ses rêves en discutant avec le patron du café du coin.

Conseils – Pour plus d’intimité, choisissez les riads avec un petit nombre de chambres : vous aurez presque l’impression d’être chez vous ! Et préférez ceux dont les gérants vivent sur place : c’est souvent un gage de qualité. Vérifiez bien les modalités de paiement : certains établissements n’hésitent pas à réclamer de fortes sommes en liquide. Un service de repas sur commande est souvent proposé, demandez s’il fonctionne en toute saison. Enfin, assurez-vous que l’on vous accueillera quelle que soit votre heure d’arrivée, notamment si elle est tardive.

Agences spécialisées – Elles sont fiables et leur site Internet permet d’élire le riad de ses rêves, photos et descriptif technique à l’appui. La qualité des prestations, les nombreux services annexes proposés font vite grimper les prix, mais le caractère officiel (contrat, facture, garanties) de la transaction permet de se retourner en cas de litige.
www.marrakech-medina.com 
www.marrakech-riads.net
www.essaouiranet.com
www.louervendreaumaroc.com

Écharpe Unie Pablo En Jaune Heloise SMpqUzV

Santé / sécurité

Extrait du guide GEOGuide Maroc

Tulle PlumetisFinition GuipureLa Collections Tanga Redoute Blanc En EHWD9I2

Vous ne courez aucun risque sanitaire particulier au Maroc. En cas de problème, vous trouverez des pharmacies bien fournies dans tous les bourgs, des médecins francophones et des hôpitaux dans toutes les grandes agglomérations. Si vous voyagez dans des régions reculées, votre ambassade vous indiquera à qui vous adresser en cas d’urgence. De toute façon, il est recommandé de souscrire une assurance santé couvrant les frais médicaux engagés sur place et un éventuel rapatriement sanitaire. N’oubliez pas de conserver ordonnances et factures pour un éventuel remboursement à votre retour.

Conseils

Pour parer à tout risque de déshydratation, surtout en été, buvez abondamment de l’eau, mais par petites quantités… et consommez de préférence de l’eau minérale. Pour échapper aux ennuis intestinaux, évitez les glaçons, les fruits non pelés, les boissons glacées, et prohibez les viandes peu cuites et les laitages conservés à la chaleur. Enfin, le Maroc n’est pas épargné par les épidémies de MST et de sida, malgré l’absence de chiffres officiels précis. Les préservatifs sont vendus dans toutes les pharmacies. Par prudence, constituez-vous une petite trousse à pharmacie d’urgence avant votre départ ; mais pas d’inquiétude, vous trouverez facilement en pharmacie les mêmes médicaments qu’en France.

Troubles et maladies

Extrait du guide GEOGuide Maroc

Vous ne courez aucun risque sanitaire particulier au Maroc. En cas de problème, vous trouverez des pharmacies bien fournies dans tous les bourgs, des médecins francophones et des hôpitaux dans toutes les grandes agglomérations. Si vous voyagez dans des régions reculées, votre ambassade vous indiquera à qui vous adresser en cas d’urgence. De toute façon, il est recommandé de souscrire une assurance santé couvrant les frais médicaux engagés sur place et un éventuel rapatriement sanitaire. N’oubliez pas de conserver ordonnances et factures pour un éventuel remboursement à votre retour.

Conseils

Pour parer à tout risque de déshydratation, surtout en été, buvez abondamment de l’eau, mais par petites quantités… et consommez de préférence de l’eau minérale. Pour échapper aux ennuis intestinaux, évitez les glaçons, les fruits non pelés, les boissons glacées, et prohibez les viandes peu cuites et les laitages conservés à la chaleur. Enfin, le Maroc n’est pas épargné par les épidémies de MST et de sida, malgré l’absence de chiffres officiels précis. Les préservatifs sont vendus dans toutes les pharmacies. Par prudence, constituez-vous une petite trousse à pharmacie d’urgence avant votre départ ; mais pas d’inquiétude, vous trouverez facilement en pharmacie les mêmes médicaments qu’en France.

Troubles et maladies

Problèmes intestinaux – Le bouleversement des habitudes alimentaires, la chaleur et les problèmes de conservation des aliments… autant de facteurs qui peuvent déclencher une turista, ou diarrhée du voyageur. Quand les troubles se manifestent, il est recommandé d’absorber un désinfectant intestinal, de boire abondamment (eau minérale et bouillons clairs) et de limiter ses repas à du riz blanc pendant quelques jours. Si la diarrhée persiste et qu’elle s’accompagne d’une forte fièvre et de courbatures, une consultation chez le médecin s’impose : ces symptômes persistants peuvent, en effet, être ceux de la typhoïde, d’une dysenterie ou, plus rarement, du choléra.

Bilharziose – Véhiculées par des mollusques d’eau douce, les larves microscopiques de la bilharzie s’infiltrent à travers la peau dans les vaisseaux sanguins et pondent des œufs dans l’organisme. Après 4 à 12 semaines d’incubation,les symptômes apparaissent : forte fièvre, diarrhées ou sang dans les urines. Pour éviter ce scénario catastrophe et une hospitalisation, tout bain dans des eaux stagnantes (mare, étang, lac) est à proscrire.

Rage – De nombreux foyers de rage sont encore vivaces au Maroc. Aussi est-il prudent de rester à l’écart des animaux errants, et plus particulièrement des chiens. En cas de morsure, laver la plaie à l’eau et au savon, et consulter très rapidement un médecin. Bien que facultatif, le vaccin contre la rage est sans doute préférable pour les séjours avec randonnée ou de longue durée. À noter : même si vous êtes vacciné, une seconde injection postmorsure est nécessaire.

Trachome – Surtout présent dans le sud du pays, le trachome est une infection oculaire contagieuse provoquée par une bactérie. Si vos yeux vous démangent et que des lavages au sérum physiologique ne vous soulagent pas, consultez un médecin.

En Homme V Montlimart Pour Pull Mairie Col Coton Bleu nmv08wN

Se soigner

Pharmacies – Reconnaissables à leur croissant vert, elles sont bien approvisionnées, et leur personnel est souvent francophone et de bon conseil. Elles ferment le samedi après-midi et le dimanche. Toutes affichent la liste des pharmacies de garde qui assurent une permanence le week-end et la nuit.

Médecins – Généralistes et spécialistes consultent sur rendez-vous dans les grandes villes : votre consulat vous en fournira une liste à jour et détaillée par spécialités.

Hôpitaux et cliniques – L’infrastructure hospitalière demeure très inégale : les hôpitaux publics sont souvent pleins à craquer et en piteux état. Les cliniques privées sont généralement bien plus performantes, mais elles pratiquent des honoraires exorbitants que refuse parfois de rembourser la Sécurité sociale française. La plupart des quotidiens francophones et les consulats fournissent des listes d’hôpitaux et de services d’urgence ouverts 24h/24. Autre solution pour les petits budgets : les dispensaires du Croissant rouge marocain, équivalent de la Croix-Rouge, sont présents dans nombre de grandes villes. Les gardes y sont assurées 24h/24. Dans tous les cas, même si vous avez contracté une assurance, vous devrez avancer les frais de santé. Conservez donc précieusement toutes les factures de consultation et de médicaments, pour d’éventuels remboursements après votre retour.

Sécurité, dangers et conseils

Le Maroc n’est pas une destination à risques. Les vols y sont relativement rares, mais, comme partout, quelques précautions de bon sens s’imposent : évitez d’étaler vos richesses dans les ruelles des médinas, de fréquenter certains quartiers des grandes villes la nuit, placez votre portefeuille en lieu sûr et gardez vos objets précieux dans le coffre de votre chambre – si vous les laissez à la réception, demandez un reçu signé par le responsable de l’établissement. Les souks et les médinas des villes touristiques restent le terrain privilégié des rabatteurs et des faux guides : décliner les offres poliment est souvent le meilleur moyen d’échapper aux sollicitations. Dans tous les cas, sachez faire la part des choses entre harcèlement touristique et sens du contact des Marocains. Votre voyage n’en sera que plus enrichissant.

Police et problèmes juridiques – En cas de vol, de perte ou d’agression, adressez-vous à la police ou aux brigades de police touristique (uniforme beige et plaque). N’oubliez pas que si vous enfreignez la loi, vous encourez les mêmes peines qu’un citoyen marocain, votre seul droit supplémentaire étant de contacter votre ambassade.

Femme seule – Les Marocaines se déplacent rarement, pour ne pas dire jamais, seules. Pour ne pas éveiller l’attention des hommes, voici quelques règles : bannissez les tenues vestimentaires “provocantes” (décolletés, épaules et jambes nues, vêtements moulants), ne soutenez pas les regards insistants, évitez les cafés et restaurants à la clientèle exclusivement masculine, les lieux isolés, les quartiers excentrés et les balades nocturnes, proscrivez l’auto-stop, voyagez auprès des femmes ou des couples dans les transports en commun. Ces précautions prises, vous devriez éviter de heurter vos hôtes… et par là même les désagréments. Si, malgré tout, vous êtes victime d’assauts pressants, soyez ferme mais restez polie, invoquez le respect de votre tranquillité ou prenez une Marocaine à témoin.

Voyager avec des enfants – Hospitaliers, les Marocains se montrent particulièrement attentionnés envers les enfants et leur mère. Aussi ne faut-il pas hésiter à voyager au Maroc avec des enfants. Les supermarchés des grandes villes et la plupart des pharmacies vendent tout ce qui est nécessaire à l’alimentation et à la toilette des tout-petits. La plupart des hôtels sont gratuits pour les moins de 2 ans, et moitié prix pour les moins de 12 ans. Veillez à leur hydratation régulière, surveillez leur alimentation et protégez-les du soleil en évitant de sortir aux heures les plus chaudes.

Le guide à emporter

Noiramp; Ligne D Plume S tDupont Palladium En jc3L5A4Rq
Le Maroc… Contempler le port d'Essaouira du haut de ses remparts, acheter du khôl au Henné de Fès, randonner dans l’Atlas, admirer la joaillerie marocaine au musée des bijoux de Rabat, déguster une pastilla à Casablanca, flâner dans les venelles chaulées de bleu de la médina de Chefchaouen… À vous de choisir! PRATIQUE Des centaines d’adresses authentiques choisies par nos auteurs-voyageurs CULTUREL Les clés pour comprendre la destination À LA CARTE Des itinéraires sur mesure et des sélections thématiques pour personnaliser votre séjour ... avec GEOGUIDE • Tout le patrimoine bâti, des mosquées au décor d’une infinie richesse aux ksour du pays berbère • 2 circuits incontournables : 3 jours à Marrakech et 3 jours entre Fès et Meknès • Des activités pour tous : balade, équitation, golf, surf… • Des adresses choisies pour se régaler d’un tajine ou d’un thé à la menthe.
Commander

En images

Les derniers articles

Maroc : Lieux à découvrir

© Gallimard Loisirs Laurent Gontier, Vincent Martigny, Hervé Milon, Vincent Noyoux, Guillaume Perrier, Raphaëlle Vinon, Jean-Louis Despesse, Raphaëlle Duchemin, Hélène Le Tac, Guy Martinet Laurent Gontier, Vincent Martigny, Hervé Milon, Vincent Noyoux, Guillaume Perrier, Raphaëlle Vinon, Jean-Louis Despesse, Raphaëlle Duchemin, Hélène Le Tac, Guy Martinet

Vous aimerez aussi

© Gallimard Loisirs Laurent Gontier, Vincent Martigny, Hervé Milon, Vincent Noyoux, Guillaume Perrier, Raphaëlle Vinon, Jean-Louis Despesse, Raphaëlle Duchemin, Hélène Le Tac, Guy Martinet Laurent Gontier, Vincent Martigny, Hervé Milon, Vincent Noyoux, Guillaume Perrier, Raphaëlle Vinon, Jean-Louis Despesse, Raphaëlle Duchemin, Hélène Le Tac, Guy Martinet

T Beige Lin Soldes Pour Femme Niou Lafayette Galeries En shirt Droit ID2YH9WE

CPPAP : 0322 W 90268 - UN SITE DU GROUPE PRISMA MEDIA (G+J NETWORK) © PRISMA MEDIA 2018 TOUS DROITS RÉSERVÉS